La solution logicielle complète pour l’impression de codes à barres !

TransBar 4 Codes 128

police_codes_barre_medical_c128police_codes_barre_medical_c128

Domaines d’utilisation

TransBar 4 Codes 128 permet de créer des codes à barres pour les domaines suivants :

  • médical
    • codage des nombres CIP 13, UCD 13 ou ACL 13 sur les médicaments ou spécialités pharmaceutiques françaises
    • vignettes de « Sécurité Sociale » des médicaments français, selon arrêté du 21 février 1996
    • codage des numéros RPPS, FINESS ou AM sur les ordonnances médicales françaises (ordonnances ordinaires ou sécurisées sous contrôle AFNOR) selon arrêté NOR: SASS1021517A du 10 août 2010 publié au Journal Officiel n° 0202 du 1er septembre 2010. Pour cet usage, et dans le cas où les code-barres doivent être obtenus par un logiciel de gestion en fonction de données variables, la solution simplifiée police Code128T36So peut être préférable
  • logistique
    • étiquetage d’informations fixes ou variables (contenu, numéro de lot, date limite de vente, etc) sur les suremballages des produits de grande consommation (cartons, caisses, palettes, containers) selon le standard GS1 128 / Ean 128 préconisé par GS1
    • logistique des pièces détachées automobiles, selon Galia 128
  • administratif
    • imprimés administratifs, bons de transport, etc, selon cahiers des charges imposant le Code 128
    • applications de gestion interne exigeant le codage de minuscules, de majuscules, de chiffres, de signes Ascii ou de caractères de contrôle, le codage compact de nombres ou une grande sécurité. La symbologie de codes à barres Code 128 est actuellement la plus complète et la plus fiable ; cependant, au regard de sa complexité de mise en oeuvre, ces avantages ne sauraient être suffisants pour la prescrire de manière systématique et sans comparaison préalable avec le Code 39, beaucoup plus simple d’emploi

 

Caractères mémorisables

Les code-barres Code 128 peuvent mémoriser des informations de longueur quelconque, composées de :

  • chiffres
  • lettres majuscules
  • lettres minuscules
  • signes affichables d’ordre ASCII compris entre 32 et 126
  • caractères de contrôle d’ordre ASCII compris entre 0 et 31 (dont tabulation d’ordre 9 et changements de ligne d’ordre 10 et 13), ainsi que ASCII 127, plus quatre caractères spécifiques au Code 128, appelés FNC1, FNC2, FNC3 et FNC4, qui n’ont ni représentation graphique ni valeur ASCII ou Unicode, mais dont l’usage standardisé précise le sens de l’information qui les suit. L’interprétation de ces caractères dépendra tant du lecteur (qui peut ou non les transmettre) que du logiciel qui les recevra

Dans le cas particulier du standard GS1 128 / Ean 128, les code-barres mémorisent la référence du suremballage ou des produits sur-emballés, autrement appelé numéro GTIN ou Ean 14. Ce nombre peut être complété par des informations de nature variable telles que « date de fabrication », « date limite de vente », « numéro de lot », etc, le tout selon une syntaxe bien particulière qui sera vérifiée par la transcription : le message à coder doit être composé d’un identifiant de données de deux chiffres, souvent présenté entre parenthèses, suivi d’une donnée qui, selon l’identifiant, pourra être composée d’un nombre défini ou indéfini de chiffres ou de caractères ASCII. L’identifiant est significatif de la teneur et du formatage du message qui le suit. Par exemple :

  • (00) identifie un « numéro de colis », couramment appelé « Ean 18 ». Cet identifiant sera suivi de 18 chiffres, soit au total 20 chiffres commençant toujours par 00, qui peuvent être exprimés de 3 manières :
    • (00) 123456789012345678
    • (00)123456789012345678
    • 00123456789012345678
  • (01) identifie un numéro GTIN ou Ean 14 propre au suremballage et sera suivi de 14 chiffres
  • (02) identifie un autre numéro GTIN ou Ean 14, propre celui-là aux produits suremballés, et sera suivi aussi de 14 chiffres
  • (10) identifie un numéro de lot de fabrication et sera suivi d’un maximum de 20 caractères significatifs de ce numéro
  • (11) identifie une date de fabrication et sera suivi de six chiffres significatifs de cette date au format AAMMJJ (année, mois puis jour, chacun exprimé par 2 chiffres)

Plusieurs messages peuvent être regroupés dans un même code à barres GS1 128 / Ean 128, les uns à la suite des autres, ou répartis sur plusieurs code-barres assigné à un même sur-emballage.

Consultez la documentation technique TransBar GS1 128 / Ean 128 !

Consultez la liste des identifiants GS1 128 / Ean 128 !

Normes supportées

Les code-barres générés par TransBar 4 Codes 128 répondent aux normes, standards et appellations courantes suivantes :

  • 15417 CEI/IEC/ISO
  • 63-300-4 Z
  • 799 EN DIN/NF
  • ACL 128
  • AIAG 128
  • AM
  • CIP 128
  • FINESS
  • GALIA 128
  • ODETTE 128
  • RPPS
  • UCD 128

ainsi que :

  • dans leur option Code 128 :
    • ACL 13
    • CIP 13
    • UCD 13
  • pour le cas particulier de la transcription GS1 128 / Ean 128 :
    • 0531 JIS X
    • 15418 CEI/IEC/ISO
    • 63-300-4 Z
    • 799 EN DIN/NF
    • DUN 128
    • EAN 128
    • FNC1
    • GENCOD 128
    • GS1 128
    • SSCC
    • UCC 128

 

Jeux supportés

En Code 128, chaque sous-ensemble de trois barres présente trois significations différentes selon le « jeu » courant, qui est variable dans le code-barres. De ce fait, une même information peut être représentée par de nombreux code-barres de graphismes différents ; parmi ceux-ci, les plus intéressants sont ceux qui présentent le plus petit nombre de barres et la donc la plus petite largeur, mais, pour cela, ils utilisent plusieurs jeux dans un même code-barres, ce qui implique une transcription complexe faisant appel à un calcul d’optimisation. Par souci de simplicité, certains cahiers des charges préconisent l’utilisation d’un jeu unique, ce que TransBar 4 autorise par les choix suivants :

  • transcription « jeu A seulement »
  • transcription « jeu B seulement »
  • transcription « jeu C seulement »

venant en complément d’une :

  • transcription optimisée, mixant au mieux les trois jeux A, B et C pour minimiser la largeur du code-barres

ainsi que d’une :

  • transcription standard GS1 128 / Ean 128 qui :
    • vérifie la validité des contenus
    • ajoute automatiquement les caractères de contrôle exigés par le standard
    • mixe au mieux les trois jeux A, B et C pour optimiser la largeur du code-barres
    • calcule et fournit une légende formatée avec des parenthèses

Vérification de la validité des contenus, standard GS1 128 / Ean 128

L’information à coder peut être saisie dans TransBar selon différentes syntaxes, par exemple les saisies :

  • (11)130131(10)958777
  • 1113013110958777
  • 11130131(10)958777
  • (11)13013110958777
  • (11) 13013110958777
  • (11) 130131 (10) 958777

seront toutes acceptées et amèneront un résultat identique, alors que :

  • (11) 130231 (10) 958777

génèrera une erreur car, (11) devant être suivi d’une date au format AAMMJJ, la date du 31 février 2013 n’est pas acceptable.

Possibilités graphiques, Code 128 classique

Hors cas particulier du standard GS1 128 / Ean 128, TransBar 4 Codes 128 génère des code-barres de sept hauteurs courantes :

police_codes_barre_medical_c128et de toutes grandeurs, dans les limites de la norme ou même, après une mise en garde, au-delà des limites de la norme :

police_codes_barre_medical_c128Les code-barres sont obtenus sans légende ou sont automatiquement dotés d’une légende (transcription mono-jeu seulement) :

police_codes_barre_medical_c128Dans les transcriptions de type « jeu C seulement » ou « jeux optimisés », la largeur du code-barres ne peut être déduite du seul nombre de caractères, car elle dépend aussi de leur types et de leurs répartitions. Par exemple, 13 ou 16 chiffres amènent des largeurs identiques, et 15 chiffres amène plus de largeur que 16…

police_codes_barre_medical_c128Par ailleurs, le codage en « jeu C seulement » d’un nombre impair de chiffres amène un décalage de la légende sur la gauche ; si cette particularité graphique n’est pas acceptée, il faut utiliser un code-barres non-légendé et y associer une légende obtenue par une seconde inscription dans une police traditionnelle, ci-dessous exemples obtenus :

  • avec une police TransBar légendée :police_codes_barre_medical_c128
  • avec une police TransBar non légendée plus la police « Courier » :

police_codes_barre_medical_c128

Possibilités graphiques, standard GS1 128 / Ean 128

Le standard GS1 128 / Ean 128 spécifie une dimension nominale de codes à barres et en décrit quelques facteurs usuels de modification, tant par la hauteur que par la largeur des barres. La référence TransBar 4 Codes 128 propose une police de codes à barres prédéfinissant un symbole de dimension nominale et permettant, par simple réglage du corps, l’obtention de tous les facteurs de taille compris entre 65 et 120 % :

  • facteur de taille 65 % :
police_codes_barre_medical_c128
  • facteur de taille 100 % :
police_codes_barre_medical_c128

Elle propose de plus cinq autres polices de codes à barres non redimensionnables prédéfinissant les autres facteurs de taille usuels, soit 25, 30, 40, 50 et 60 % :

  • facteur de taille 25 % :
police_codes_barre_medical_c128
  • facteur de taille 30 % :
police_codes_barre_medical_c128
  • facteur de taille 40 % :
police_codes_barre_medical_c128
  • facteur de taille 50 % :
police_codes_barre_medical_c128
  • facteur de taille 60 % :
police_codes_barre_medical_c128

Dans chacune de ces tailles, conformément aux prescriptions du standard, la hauteur des barres sera au minimum de 20 mm, car ces code-barres sont susceptibles d’être lus de loin, dans les mauvaises conditions d’un entrepôt. Il est cependant possible, pour des applications spéciales, d’utiliser la transcription GS1 128 / Ean 128 avec les polices TransBar Code 128 non légendées traditionnelles, ce qui permet d’obtenir des code-barres aussi petits que nécessaire.

Le standard de codes à barres Ean 128 prévoit d’associer à chaque code à barres une légende incluant des parenthèses et des espaces ; mais ces parenthèses et espaces ne sont pas codés dans les barres et une police avec légende automatique n’est donc pas envisageable. La légende devra être donc obtenue par une seconde ligne, sous les barres du code à barres, par exemple en Helvetica ou en Arial :

police_codes_barre_medical_c128

 

Transcription

Quels que soient les jeux utilisés, les transcriptions (c’est à dire les expressions d’une information à coder sous forme d’un texte à imprimer par une police code-barres) sont complexes et aucune norme ne les définit. Ceux qui en doutent se poseront utilement la question : comment imprimer un caractère de contrôle dont la valeur est celle du caractère « tabulation » ou de tout autre caractère non affichable ? Aussi, le logiciel TransBar devra être systématiquement utilisé. Exemple de transcription en « jeu C seulement » :

police_codes_barre_medical_c128

Configuration requise pour TransBar 4

Dans sa sous-version la plus récente, le logiciel TransBar 4 et les polices qui lui sont associées ont été testés avec succès sur les configurations suivantes :

  • MacOS 10.6 à 10.12 « Sierra »
    Le premier lancement devra être réalisé soit avec la touche « ctrl » enfoncée, soit par « clic droit » de la souris puis menu « Ouvrir »
  • Windows XP (Service Pack 2 ou supérieur), Vista, Windows 7, Windows 8, Windows 10, 32 et 64 bits
  • processeurs 32 ou 64 bits

avec tous logiciels acceptant la saisie de texte, ou le copier-coller, ou l’import de fichier texte ou CSV, et proposant le choix de la police et de la taille des caractères pour une impression sans mise à échelle, c’est à dire une impression où 72 points DTP (pica) valent 25,4 mm selon standard actuel des logiciels de PAO et des imprimantes professionnelles.

Toutes imprimantes de résolution 300, 600, 900, 1200, 1800, 2400 points par pouce.

Toutes autres imprimantes, pour autant que, dans le logiciel de mise en page, la taille des caractères puisse être exprimée en valeur fractionnaire (par exemple 42,37 points, sans qu’une telle saisie se transforme en 42 points), sous peine :

  • soit de diminuer le nombre des dimensions possibles des code-barres
  • soit de micro-défauts susceptibles de diminuer la durabilité ou, à l’extrême, la lisibilité des code-barres

Évaluation